Blue Jumper

Whatever mourning, emptying
 
Discarding worn and threadbare dreams
I did, I returned to your face
 
As now at this fresh beginning.
 
From memory of soft kisses, joyful laughter
Extends happiness and strong affection.
 
A wondrous melody escapes, pressing me onward
 
Into light, sunset, night
Feeling of your hand in mine
Faded, trusting together is bigger
 
Than life.

Blue Jumper was sewn from fragments of fabric cut from the contributions below

David Novick – d. 1989 at 80 ans

L’été, mon père portait cette camisole… Après son décès, je l’ai portée comme vêtement de nuit. Il était le dernier de mes proches parents; il m’aimait vraiment… Avec cette camisole, je pouvais sentir une proximité, un lien fort… Cette camisole est usée et a été bien aimée. En vous la remettant, je vous remets quelque chose de moi… Je repars à neuf. Je ressens de la joie, de l’extase, de l’enthousiasme face à de nouveaux départs… Je me sens « zaftig » (riche en Yiddish)… Contrairement à la camisole, je ne suis pas délabré ni misérable. Toutefois, comme elle, par le fait d’aimer je me suis retrouvé à être aimé.


Terry Donaldson – d. 2007 at 64 ans

Ce chandail a appartenu à mon cher mari, Terry, qui a eu un diagnostic de SLA… Ensemble, nous avons tenté, chaque jour, de retrouver de la joie, que ce soit par un coucher de soleil, par une grande tasse de café ou encore en recevant des amis et la famille. Il n’a jamais oublié de me remercier de m’occuper ainsi de lui ni de me dire à quel point il m’aimait.


Sheelagh Shea – d. 1982 at 27 ans

Devoir fraternel Seule dans la chambre Vider la penderie Se détacher rapidement Remplir des sacs … Sous-vêtements jolis À la différence des sœurs Trilogie ininterrompue Encore unie Souvent portés Souvenirs d’une époque Époque d'avant Le marquage des poignets Souvenirs assombris Ont emporté ton rire Loin de moi


Sarah Elizabeth Giroux – d. 2006 at 27 ans

Tu nous maintenais ensemble, tel un ruban se faufilant doucement parmi nos vies. Cette photo de toi, en train d’enlacer tes livres avec ton col roulé bleu et ton grand sourire à la Sarah, est gravée dans nos mémoires. C’est dans ce morceau de vêtement que nous continuons de t’imaginer et nous voulons donc le partager avec les autres. Oui, il était pratique, mais il était aussi comme toi, plein de chaleur et de style.


Bruce Mallory – d. 1990 at 21 ans

Alors qu’il était sur le point d’entrer à l’école secondaire, mon frère Bruce a découvert qu’il avait du talent et une fascination pour les échecs. Au moment d’être invité à Philadelphie pour un prestigieux tournoi, sa passion était telle que rien ne pouvait le distraire. Après que nous ayions perdu mon frère, il a été impossible, pendant un temps qui a semblé être une éternité, d’oublier la douleur ressentie durant ses derniers moments. Notre chemin vers la guérison a pris forme peu à peu, en même temps que, le sourire aux lèvres, nous nous sommes rappelés l’être extraordinaire et jovial qu’il était.


Yael Koren – d. 2000 at 15 1/2 ans

Quand je regarde ce t-shirt qui montre un personnage animé en train de grimacer joyeusement, les bras étendus en disant « Peu importe », je ris chaque fois. Je te revois, Yael, prononçant ces mêmes mots à maintes reprises, dans toutes sortes de situations… Je me remémore cela avec douleur, avec bonheur, avec tristesse, mais par-dessus tout, je me souviens; et cette mélodie de Yael habite à jamais mon esprit.


Rebecca Lynne Hardy – d. 2006 at 14 1/2 ans

Rebecca était notre première enfant. Alors qu’elle n’avait que cinq jours, on nous a dit qu’il était peu probable qu’elle survive à la nuit. Bien qu’elle soit restée avec nous pendant quatorze ans et demi, nous avions eu à faire le deuil de l’« enfant normal » dès le début… J’ai choisi cet ensemble puisqu’il est doux, tout comme elle; elle avait les mains les plus douces (quoiqu’elle pouvait pincer pour faire comprendre son point de vue). Nous avions ce jeu : je disais « baisers pour Rebecca » et elle tendait la main afin que je puisse l’embrasser… Avoir un enfant avec un handicap, c’est difficile et ça isole. Tu perds des amis puisqu’ils ne peuvent faire face à une telle situation… Une fois la personne avec un handicap partie, il est vraiment difficile de s’ajuster à une « vie normale », une vie qui n’est pas vraiment normale parce que tu vis un deuil et que tu perds des amis, encore une fois, puisqu’ils ne peuvent s’accommoder à ta perte. Rebecca nous a appris tellement, à nous et à beaucoup d’autres. Elle était radieuse et nous manquera toujours.


Paula Joanne Normore – d. 2001 at 14 ans

C’était nos dernières vacances ensemble… Paula a demandé si l’on pouvait s’arrêter à Freeport dans le Maine. Elle voulait s’acheter un chandail Abercrombie & Fitch… Elle l’a porté si fièrement lors du retour à l’école cet automne-là… J’aurais tellement souhaité qu’elle puisse le porter davantage… On a tellement de rêves et de projets pour nos enfants.


Sabrina Anne Shannon – d. 2003 at 13 ans

Les papillons sont libres et Sabrina peut s’envoler. Ma belle Sabrina, je me souviens du jour où tu as acheté ton joli chandail avec un papillon bleu. C’était ton préféré. Tu l’as porté avec ton jean délavé, les cheveux roux ondulés tombant doucement sur tes épaules. Souvenirs imprégnés d'eau dans l’étoffe. Chandail pâle. Papillon bleu foncé… Pouvoir la tenir tout près, de nouveau. À travers lui, j'ai senti le corps de Sabrina Souvenirs imprégnés d'eau, tissu bleu. « Je t’aime ».


Laura Haffey – d. 1984 at 6 ans

L’attachement de Laura pour ses pyjamas de Schtroumpf a été instantané. Dès l’ouverture de son cadeau pour son cinquième anniversaire, cette histoire d’amour a commencé. Les pyjamas de Schtroumpf de Laura étaient usés et déformés en raison de tout l’amour et de l’attention reçus… Ils symbolisent la manière avec laquelle Laura a vécu sa vie. Sa vie, vécue sur une base d’amour, de confiance et d’une façon quelque peu non conventionnelle.


Anna Joleen McLean – d. 2003 6 mois et 3 semaines

Quand je vois cette jolie robe jaune, je me souviens de ma première fille, Anna, et à quel point elle était adorable quand elle la portait… Nous savions qu’il était peu probable qu’elle puisse célébrer son premier anniversaire; mon mari et moi avions donc décidé de célébrer son anniversaire pour ses six mois… Avec cette robe, Anna n’était plus la petite fille malade vivant à l’hôpital, mais bien une fée princesse sur le point de profiter d’une petite fête d’anniversaire, juste pour elle.